Retour à laperçu

Scott Laughland: Première sortie avec le XTR Di2

Nous connaissons l'ancien coureur pro Scotty Laughland depuis longtemps. Quand il nous a demandé s'il pouvait nous parler du dernier vélo qu'il avait monté, nous étions donc tout ouïe. Il roule sur un Santa Cruz Bronson équipé de composants Shimano XTR et PRO. C'est à toi, Scotty…

Bonjour à tous. Quoi de neuf ? Bienvenue sur mon premier blog sur RideShimano. Je m'appelle Scotty Laughland. Je suis vététiste professionnel, athlète aventurier et désormais un #Shimanorider. J'ai eu la chance de balader mon vélo à travers l'Europe, des Alpes aux Highlands d'Écosse. Il a donc parcouru plus d'une montagne.

En tant qu'athlètes, nous nous efforçons tous d'être le meilleur et le plus rapide et de repousser nos limites. Et nous avons besoin que notre matériel en fasse de même. Ainsi, lorsque l'opportunité de rouler avec le XTR Di2 s'est présentée, je me devais de la saisir. Je connais des coureurs utilisant la version Di2 et ils s'extasient dessus. J'étais donc très impatient de l'essayer.

J'ai monté mon Santa Cruz Bronson et j'ai été immédiatement impressionné par la facilité de montage des composants Di2. J'ai pu aisément relier ensemble la batterie que j'ai placée dans le tube de direction de la fourche, ainsi que la manette, le mécanisme à l'arrière et le bloc à l'avant. J'ai également choisi un cintre et une potence Tharsis PRO, qui ont été conçus pour le Di2 et ont permis une parfaite intégration avec les câbles équipant le cintre, ce qui donne au système un look presque sans fil : c'est vraiment la classe.

Vous n'oublierez jamais votre premier changement de vitesse avec le Di2. Son bruit est si distinctif, mais néanmoins si satisfaisant, lorsque le moteur pas à pas embraye précisément à chaque changement. Je suis devenu accro de la pression des boutons et du changement de vitesse sur deux ou trois rapports lorsque j'attends en bord de sentier, simplement pour entendre le déclenchement du dérailleur. Le changement était si simple, si précis et si facile à activer : un vrai bonheur.

Le plus beau, c'était le peu d'entretien requis après avoir roulé. De retour à la maison, il suffit de rincer rapidement le vélo et de le sécher, puis de nettoyer et d'huiler la chaîne, et on est prêt pour la prochaine sortie. Il n'est pas nécessaire de régler les dérailleurs ou de se préoccuper d'ajuster les câbles pour obtenir un changement de vitesse parfait : ça marche tout simplement à chaque fois.

J'ai effectué l'une de mes sorties préférées de l'année dans le nord de l'Écosse. Torridon est un village isolé dans les Highlands. Lorsqu'on entre dans la vallée, on est entouré par de vastes montagnes accidentées. Dans mon esprit, il s'agissait du test suprême pour le système électronique Di2, car après avoir quitté le village, il est peu probable de croiser qui que ce soit, à l'exception de quelques randonneurs, au cours des cinq à sept heures et 55 km suivants.

Sur le vélo, on s'attaque à des terrains ardus et difficiles et à des descentes rocailleuses, et on est entouré de paysages à couper le souffle. Les conditions n'étaient pas favorables lors de ma sortie et quand on dit qu'on roule avec des vitesses électroniques, on nous demande très souvent si le système est étanche. Cette sortie était le test suprême, car il avait plu à torrents au cours des 24 heures précédentes et le parcours était détrempé. Certaines flaques étaient si profondes que lorsque j'y avais pédalé, l'eau avait éclaboussé les armatures de la selle du vélo, recouvrant ainsi complètement les fils du Di2, le trempant entièrement, mais il était resté irréprochable, avec un changement de vitesse sans souci.

Après m'être séché et avoir rejoint la civilisation, j'avais pris la direction de Finale Ligure en Italie, où avait lieu l'ultime manche de l'Enduro World Series. La semaine qui m'attendait allait s'avérer en fort contraste avec ma sortie écossaise, avec des sentiers secs, compacts et poussiéreux mettant à l'épreuve la durabilité du Di2 à grande vitesse, durant de grosses compressions, sur terrain rocailleux et dans des conditions poussiéreuses. Au cours de mon séjour de 10 jours, le système a parfaitement changé de vitesse, sans nécessiter le moindre entretien. J'avais toujours tellement confiance que j'avais été en mesure de passer exactement à la vitesse que je souhaitais sans perdre la moindre puissance, ni faire aucun demi-changement de vitesse.

Speeder Bike down Finale's Roller Coaster 😈 @gopro #hero5 #karmagrip

A post shared by Scotty Laughland (@scottylaughland) on

Spécifications du vélo monté par Scott :

 

Suivez Scotty sur https://www.instagram.com/scottylaughland/ pour en savoir plus sur ses aventures ! 

Article associé