Retour à laperçu

La co-création, le secret de la réussite de PRO

Une roue de contre-la-montre à trois bâtons développée avec Team Sky, une selle de qualité supérieure élaborée avec les coureurs de Giant-Alpecin : tous ces éléments font partie d'une journée de travail chez PRO, où le mot d'ordre est la co-création.

Nous connaissons tous l'euphorie procurée par le fait de s'asseoir sur un vélo pour la première fois et de savoir immédiatement qu'il nous correspond parfaitement. Mais que font les sept personnes composant l'équipe de base chez PRO afin de s'assurer d'en arriver à ce stade ? À quoi ressemble la conception d'un équipement dédié pour des pros comme Gee Atherton ou Tom Dumoulin, qui finira au bout du compte sur des vélos accessibles au grand public ? Nous nous sommes entretenus avec Marcel Gerritsen, chef d'équipe chargé du développement produit et Bas Schaapveld, développeur produit, afin d'obtenir les réponses à ces questions.

La passion de travailler avec des pros

L'une des raisons pour lesquelles les produits PRO fonctionnent si bien est la co-création. Autrement dit, l'association avec à la fois Shimano et des pros chevronnés afin de bénéficier de leur expertise et de leur expérience. « Nous pouvons contacter nos collègues chez Shimano relativement tôt et être les premiers sur le marché avec un produit complétant une innovation Shimano, » indique Bas. « Et comme Shimano, nous testons nos produits rigoureusement, ce qui est un énorme avantage de la co-création. »   

« Nous pouvons contacter nos collègues chez Shimano relativement tôt et être les premiers sur le marché avec un produit complétant une innovation Shimano. Et comme Shimano, nous testons nos produits rigoureusement, ce qui est un énorme avantage de la co-création. »

Mais la meilleure partie de la co-création consiste à travailler aux côtés des pros. L'un des partenariats de co-création les plus approfondis est celui avec les frères et sœurs Atherton, détenteurs de multiples titres de champion. Quel est précisément le mode de fonctionnement ? Frappez-vous à leur porte avant de leur demander s'ils sont intéressés pour collaborer avec vous ? « C'est à peu près ça », précise Marcel. « Nous les avons rencontrés et lorsqu'il est devenu évident qu'il existait un intérêt mutuel, ils ont commencé à nous rendre visite dans notre bureau aux Pays-Bas et nous avons assisté à leurs courses. Notre approche du processus est globalement pragmatique. Nous avons littéralement posé certains de nos produits sur une table afin qu'ils puissent s'en faire une première impression, puis ils en ont choisi quelques-uns pour les tester. Ils nous ont communiqué leur feedback et nous nous sommes occupés du reste. Voilà comment ça fonctionne. On échange afin de peaufiner chaque détail jusqu'à ce que tout le monde soit content. On peut ensuite véritablement lancer la production. »  

Le meilleur élixir

Un bon feedback est le meilleur élixir : cela attise la flamme de la passion chez PRO, même si ses employés n'en ont pas vraiment besoin. « Il existe deux types de feedback », déclare Bas. « Il y a le feedback indirect de la victoire, comme Froome remportant le Tour de France ou Cavendish vainqueur d'une étape supplémentaire. Cela met le produit sur lequel nous avons travaillé pendant si longtemps sous le feu des projecteurs, notamment sous la forme d'une image agrandie d'un poste de pilotage sur lequel est apposé le mot PRO et qui franchit la ligne d'arrivée en tête. Par exemple, nous avons le maillot jaune de Froome qu'il a porté pendant le 100ème Tour de France sur un mannequin dans notre bureau. On ne peut pas s'empêcher d'avoir le sentiment d'avoir contribué à cette victoire. »

L'autre type de feedback provient d'un journaliste indépendant situé de l'autre côté de la planète, qui teste et évalue notre produit. Comme Cycling Weekly, qui a déclaré, après avoir testé la selle Falcon de PRO, qu'il s'agissait « d'une excellente selle que nous utiliserons longtemps après la fin de ce test ». Bas a le sentiment que c'est une confirmation de leur travail acharné.

« Parfois, on ne réalise même pas à quel point ce travail est plaisant. Ce qui est probablement la clé du succès de PRO ».

La clé du succès

Et il s'agit bien d'un travail d'arrache-pied. Mais une chose est sûre : on ne s'ennuie jamais chez PRO. « En réalité, il est quasiment impossible de travailler sur un seul élément pendant une journée donnée ici », ajoute Bas, « car les gens nous envoient des questions en permanence et nous demandent de l'aide sur plusieurs projets différents. Par conséquent, on passe toujours d'une chose à l'autre : la conception, l'emballage, les échantillons devant être testés, les illustrations, pour ne citer que quelques activités. » Chaque jour apporte son lot de nouveautés. « Voilà ce qui contribue à entretenir la flamme de notre passion », indique Marcel. « Parfois, on ne réalise même pas à quel point ce travail est plaisant. » Ce qui est probablement la clé du succès de PRO.

Article associé