Retour à laperçu

Roads to Ride - Édition Vuelta 2018

Des pentes brulantes du Sud de la Sierra aux hautes terres basques verdoyantes du Nord et des sommets escarpés des Picos aux sommets des Pyrénées; chaque année, la Vuelta  offre une multitude de routes magnifiques, légendaires et stimulantes. Nous avons sélectionné quelques étapes incontournables.

La Alfaguara / Andalousie - Stage 4

Longueur : 12,4 km
Dénivelé : 650 m
Inclinaison moyenne : 5,6 %

Ascension agréable près de la ville historique de Grenade, La Alfaguara s’inclut dans la chaîne de montagnes de la Sierra Nevada. Cette année, elle constitue pour la première fois une étape de la Vuelta, mais la région est connue comme terrain d’entraînement pour de nombreux cyclistes professionnels. Il peut être difficile de trouver son rythme sur cette ascension mais les pentes douces, les routes calmes et la beauté sauvage du parc naturel de la Sierra de Huétor suffiront à vous convaincre de vous y essayer. Les cyclistes amateurs d’aventure pourront explorer le flanc de coteau et découvrir les ruines d’un ancien sanatorium ainsi que plusieurs réseaux de grottes naturelles.

La Covatilla / Castille-et-León - Stage 9

Longueur : 19,7 km
Dénivelé : 1 100 m
Inclinaison moyenne : 5,6 %

La Covatilla est l’une des ascensions les plus difficiles du centre de l’Espagne. Elle constitue un authentique parcours de grand tour et a déjà constitué à quatre reprises une étape de la Vuelta. Parmi les coureurs ayant remporté une étape, on trouve notamment Danilo Di Luca et l’intrépide Dan Martin. Le paysage est typique de la région et est constitué principalement de garrigue aride et vallonnée, qui s’étend à perte de vue. Ces paysages secs possèdent un charme qui leur est propre, tout particulièrement lorsque les sommets distants qui vous entourent sont enneigés. Il est préférable de trouver son rythme durant la première partie de l’ascension, car le dénivelé de la seconde partie est à deux chiffres, et ce n’est pas un lieu où vous souhaitez rencontrer l’homme au marteau (bien qu’il n’y ait pas de meilleur lieu pour cela).

La Camperona / Castille-et-Léon - Stage 13

Longueur : 8,5 km
Dénivelé : 650 m
Inclinaison moyenne : 7,4 %

Faisant partie du triptyque Asturies-Castille, La Camperona nous promet des sensations fortes durant la Vuelta 2018. C’est une route étroite et rocailleuse par endroits, avec un dénivelé maximum atteignant les 25 % sur les pentes supérieures. L’inclinaison des pentes s’adoucit ensuite légèrement tout en restant à deux chiffres lorsqu’arrive le moment de serpenter en direction de la tour de radio. Comparé aux Asturies, les routes de Castille sont beaucoup plus soumises aux chaleurs torrides du soleil espagnol. Assurez-vous d’être préparé à rouler sous des températures élevées lorsque vous vous y rendez durant les mois d’été.

Lacs de Covadonga / Asturies - tage 15

Longueur : 14 km
Dénivelé : 960 m
Inclinaison moyenne : 6,9 %

Située dans le Parc national des pics d'Europe, l’un des sites naturels européens les plus spectaculaires, la grimpée de Covadonga est réservée aux vrais passionnés. C’est l’une des ascensions les plus époustouflantes visuellement à parcourir à vélo. Elle est célèbre pour le fait qu’il est difficile d’y trouver son rythme, avec une inclinaison des pentes qui change à chaque kilomètre et de multiples sections très abruptes dépassant les 10 % de dénivelé. Cette route a tendance à être très visitée par les touristes, même si elle est fermée aux voitures durant le mois d’août. Son cadre spectaculaire en fait l’une des meilleures grimpées d’Espagne. Et lorsque vous approcherez du sommet et parviendrez à reprendre un peu votre souffle, vous découvrirez les deux magnifiques lacs de Covadonga, qui ont donné leur nom à cette ascension. 

Mont Oiz / Pays Basque - Stage 17

Longueur : 8,8 km
Dénivelé : 830 m
Inclinaison moyenne : 9,4 %

Le mont Oiz est l’une des montagnes les plus importantes et les plus mythiques de la culture Basque. Il fait partie des cinq célèbres Deiadar-Mendiak : les sommets visibles à partir desquels des messages (par signaux lumineux ou en faisant sonner des cornes) étaient envoyés dans la campagne, dans le but de convoquer le gouvernement local aux assemblées. Plus récemment, en 1985, le mont Oiz a été le théâtre d’un tragique accident d’avion. Sur un vol entre Madrid et Bilbao, l’avion a percuté l’antenne située au sommet à cause du manque de visibilité dû à un brouillard très dense. Les panoramas typiques du Pays Basque que l’on découvre tout au long de cette route vallonnée et rocheuse sont exceptionnels, en particulier lorsqu’elle serpente sur la ligne de crête précaire, parmi les éoliennes. Pour en arriver là, une grimpée laborieuse vous attend, avec des pentes à deux chiffres d’inclinaison. Mais arrivé au sommet, vous découvrirez avec stupeur que le jeu en valait la chandelle.

Coll de la Rabassa / Andorre - Stage 19

Longueur : 17,8 km
Dénivelé : 1 112 m
Inclinaison moyenne : 6,2 %


La Rabassa serpente en remontant vers le complexe hôtelier de Sant Julià de Lòria, en direction des remontées mécaniques qui mènent au sommet. Les sections les plus escarpées se situent dans les deux premiers kilomètres, après quoi le dénivelé s’adoucit et devient plus régulier. On peut dès lors se relâcher et profiter des magnifiques panoramas tout en parcourant un impressionnant enchaînement de chemins sinueux. La via Juberri a déjà servi d’étape à deux reprises lors de la Vuelta, mais elle n’a qu’une seule fois comporté une arrivée au sommet, remportée par Alessandro Ballan.