Share

Retour à laperçu

Shimano #BELIEVES en Travis Klok

Chez Shimano, nous avons créé la campagne #BELIEVE afin d'encourager les individus à croire en eux-mêmes et de contribuer à réaliser certains de leurs rêves, comme ceux de Travis Klok, jeune cycliste hollandais originaire de la région de Rotterdam.

En 2014, il a communiqué son rêve à Shimano : devenir coureur pro chez Sky, ou à défaut, au moins passer un jour à s'entraîner aux côtés de Chris Froome, son héros. Même si Shimano ne peut promettre à personne une carrière pro du jour au lendemain, y compris à Travis, nous avons vraiment sorti le grand jeu pour réaliser la seconde partie de son rêve. Et quelle journée ce fut !

Il a non seulement rencontré Chris Froome, mais aussi passé la journée avec son idole à grimper le Col de la Madone à Monaco, vêtu de la tenue complète de l'équipe Sky. Comme nous souhaitions tout savoir sur son jour de rêve, nous avons rendu visite à Travis chez lui le 15 juin pour qu'il nous en parle.

L'abandon n'est pas une option

L'histoire, qui a néanmoins débuté quelques années plus tôt, lorsque Travis avait 10 ans, témoigne de sa motivation et de sa confiance en lui. Cette année-là, un de ses amis et voisins âgé de 12 ans est mort. Ayant perdu connaissance à l'école, il a été transporté à l'hôpital mais y est décédé. Lorsque Travis a vu à la télévision un événement hollandais appelé Alpe d'HuZes, dont les participants grimpent la légendaire Alpe d'Huez en marchant, en courant ou à vélo afin de collecter des fonds en faveur de la recherche contre le cancer, il savait que c'était ce qu'il voulait faire pour commémorer son ami.

« Mon papa est rentré ce soir-là à la maison », déclare Travis, « et je lui ai dit : " Papa, je veux faire ça. " Il m'a tout de suite répondu : " Tu te sens bien ? " » Cependant, Travis ne plaisantait pas.

« Mon papa est rentré ce soir-là à la maison », déclare Travis, « et je lui ai dit : " Papa, je veux faire ça. " Il m'a tout de suite répondu : " Tu te sens bien ? " » Cependant, Travis ne plaisantait pas. Au contraire, il avait jeté son dévolu sur cet objectif. Lorsque son père a vu qu'il n'y avait aucun moyen de le faire changer d'avis, il a fini par céder et dit qu'ils auraient besoin de lui acheter un vélo de course et de commencer à s'entraîner sérieusement.

La devise de l'Alpe d’HuZes semble avoir été écrite pour Travis : « L'abandon n'est pas une option ». Travis et son père ont commencé à s'entraîner chaque dimanche lorsqu'il avait 12 ans, augmentant la distance de 60 à 90, puis 100 km, et enfin à 120 et 150 km. Travis a grimpé l'Alpe d'Huez pour la première fois à l'âge de 13 ans. « Les trois premiers virages sont les plus raides », selon Travis. « Vous entendez d'emblée tout le monde autour de vous changer de vitesse. Mais la sensation est incroyable. Il y a tous ces gens, des gens que vous n'avez jamais rencontrés, debout au bord de la route, qui crient et vous encouragent. »

#BELIEVE que les rêves deviennent réalité

L'aventure de Travis avec le concours #BELIEVE de Shimano a débuté de façon un peu moins intense. « En réalité, ça a commencé un peu comme une blague », révèle-t-il. « Quand j'ai dit à mes parents que j'allais participer à #BELIEVE, ils étaient un peu hésitants et m'ont répondu que je devais garder à l'esprit que je pourrais ne pas gagner. » Mais Travis ne serait pas Travis si ces mots ne l'avaient pas motivé au plus profond de lui-même.

Travis comme son père ont tout d'abord fait passer le mot sur les réseaux sociaux, et avant qu'il ait eu le temps de s'en apercevoir, les « J'aime » ont commencé à affluer. Travis se trouvait à l'école quand il a appris qu'il était l'un des trois gagnants. Et il ne lui a pas fallu longtemps pour réaliser quelle partie de son rêve était sur le point de devenir réalité. « Shimano ne pouvait pas vraiment faire de moi un coureur pro, c'est quelque chose que je dois faire moi-même, mais concernant la seconde partie, m'entraîner une fois avec Christopher Froome, mon héros, c'est quelque chose qu'ils pouvaient organiser. »

La date du rêve de Travis avait été fixée au 18 mars 2015. Il a voyagé avec une équipe de tournage Shimano jusqu'à Monaco, lieu de résidence de Chris Froome. Le 18 mars au matin, il se trouvait devant la maison de l'équipe Sky. « Puis on m'a dit que je pouvais monter », indique-t-il. « Je monte donc les escaliers, je passe la porte, puis je vois Chris Froome devant moi. J'avais du mal à croire que c'était vraiment lui, que c'était vraiment en train de se passer. J'avais l'impression d'être dans un rêve. » Travis a pris son petit-déjeuner avec Froome et l'équipe Sky, puis Froome lui a donné une tenue complète Sky. « Shimano m'a également donné ces chaussures en carbone étrangement belles, noires avec un peu de bleu autour. » Mais le meilleur était encore à venir.

« Nous sommes descendus au garage, puis Froome est sorti avec un vélo Pinarello équipé d'un groupe Dura-Ace. Il avait été ajusté à ma taille et m'allait parfaitement, comme si c'était le mien. J'avais du mal à le croire. Une chance de monter sur un vélo de rêve. » Et le rêve a donc commencé quand Froome et Travis ont pris la route pour grimper le Col de la Madone, haut de 925 mètres.

Apprendre des meilleurs

La Madone est raide. Avant de commencer, Travis avait été prévenu que c'était une ascension difficile et qu'un plan B était en place si c'était trop éprouvant. Ou qu’en cas de fatigue, il pouvait toujours mettre son vélo sur le toit de la voiture et monter. « Mon rêve de courir aux côtés de Froome était sur le point de devenir réalité », dit-il en riant, « donc quelque chose de vraiment terrible aurait dû se produire pour me faire descendre de ce vélo. Je leur ai dit que ça m'était égal de finir par avoir envie de vomir sur mon vélo et que je n'allais pas m'arrêter. » 

Alors qu'ils entamaient l'ascension, Travis a été presque immédiatement pris pour un pro, quand un coureur de l'autre côté de la route les a vus et a dit : « Salut, Richie ». Froome a ri et expliqué à Travis qu'il courait habituellement aux côtés de Richie Porte, dont la taille est plus proche de celle de Travis. Après s'être arrêté pour une courte pause repas, Froome a demandé à Travis s'il souhaitait effectuer un entraînement par intervalles, en alternant 40 secondes à fond avec des intervalles de repos.

Ils ont réalisé quatre intervalles. Courir en Dura-Ace constituait également une toute nouvelle expérience. « C'est plus fluide, plus rapide et plus léger : c'est tout simplement excellent. » Froome et l'entraîneur de Sky ont tous les deux indiqué à Travis qu'il était un solide cycliste dosant bien ses efforts et qu'à l'évidence, il se sentait à l'aise sur un vélo. Et il a reçu un conseil important : améliorer sa respiration. « J'ai tendance à retenir mon souffle durant l'effort, donc c'est un point que je dois travailler et perfectionner. Voilà quelques-uns des conseils que Froome m'a donnés : rester calme sur le vélo, respirer correctement, baisser d'un cran quand ça devient difficile et ne pas trop se mettre debout. Et l'importance de bien s'alimenter avant de courir.  »

« Voilà quelques-uns des conseils que Froome m'a donnés : rester calme sur le vélo, respirer correctement, baisser d'un cran quand ça devient difficile et ne pas trop se mettre debout. Et l'importance de bien s'alimenter avant de courir. »

Une fois au sommet, un groupe de cyclistes se trouvait là et ils souhaitaient prendre une photo avec Froome. Travis s'est écarté pour les laisser prendre cette photo, mais Froome a dit : « Richie, viens nous rejoindre. » La journée s'est donc terminée avec des photos au sommet de la montagne, Froome devant partir en raison d'un autre engagement.

L'équipe Shimano s’est rapprochée de Travis à ce moment-là, l'a félicité et lui a donné le choix de descendre en voiture ou à vélo. « Je me suis dit : " Excellent, je vais descendre sur un Pinarello Sky, vêtu de la tenue Sky. " Je pense que j'ai dû rouler largement au-dessus de 60 km/h sur certaines portions. Je suis descendu comme jamais auparavant. J'ai descendu le Col d'Ornon et l'Alpe d'Huez à quatre reprises, mais cette descente était dingue ! »

Pourquoi Froome ?

Nous avons tous nos héros. Mais pourquoi Travis a-t-il choisi Froome ? « Froome est un vrai grimpeur. Et je pense que j'en suis également un. Mais c'est aussi un gars normal. Certaines célébrités se tiennent en haute estime. Elles ont le sentiment d'être meilleures que les autres. Froome n'est pas comme ça. Voilà pourquoi je lui ai dit qu'il était un exemple pour moi et que je voulais être comme lui plus tard. En réalité, je crois qu'il était un peu gêné quand je lui ai dit ça, ce qui illustre ce que je veux dire : il est simplement lui-même, vraiment sympa. »